Débuter une alimentation végétale : Etape 1

Manger végétal ne veut pas forcément dire : devenir végétalien ou végétarien de manière rigide. Ce que j'aimerai ici , c'est avant tout vous offrir une possibilité de réfléchir à une alimentation peut-être différente de la votre. Vous faire rencontrer de nouvelles recettes pour varier vos plaisirs, vous faire aimer votre cuisine, bouleverser vos habitudes, vous surprendre et régaler vos papilles avec une nourriture saine et vivante. Ici, la première étape de mon parcours vers le végétal .

J'avais toute ma vie entendu dire que les végétariens se nourrissaient exclusivement de carottes bouillies et que les vegan étaient tous des hippies mangeurs de graines et anorexiques...avouez que ça donne pas vraiment envie d'en être dit comme ça n'est-ce pas ? ...

J'avais tellement de plaisir à découvrir cette alimentation que j'ai voulu faire des Green Monday le lundi, puis le mercredi, puis le samedi, puis tous les jours...

Puis un jour, par hasard, j'ai découvert le " Green Monday " : un mouvement qui encourage à "manger vert" tous les lundi. Et là j'ai compris.

J'ai compris à quel point je ne connaissais rien à la cuisine, à sa richesse ou à ses possibilités.
J'ai compris le poids des clichés et des peurs qui fabriquent des assiettes vides de sens.
J'ai compris que je ne savais rien des temps de la nature, des animaux et de leurs besoins.
Et j'ai compris surtout que mon alimentation ne me rendait pas service.
J'avais tellement de plaisir à découvrir cette alimentation que j'ai voulu faire des Green Monday le lundi, puis le mercredi, puis le samedi, puis tous les jours...

Pour rendre cela possible, j'ai pris mon temps et j'ai procédé par étapes.

Etape 1

J'ai remplacé le plus souvent possible mes protéines animales par une option végétale.

Le tofu, le seitan et le tempeh comportent entre 20 à 35 g de protéines pour 100 g.


Moi qui étais convaincu que le tofu était réservé aux gens qui n'avaient pas de goût j'ai appris à le cuisiner.
Je l'ai travaillé, apprivoisé, raté puis je l'ai rendu délicieux et aujourd'hui je le consomme presque tous les jours. J'ai même appris à le faire maison !
Fumé, aux amandes, au sésame, au curry, grillé, pané... il se marrie avec tout ( d'où son manque de saveur si on ne le cuisine pas un minimum...)

Le tofu, le seitan et le tempeh comportent entre 20 à 35 g de protéines pour 100 g. C'est plus que la majorité des viandes rouges et que le poulet.
A une différence près : ils ne contiennent pas d'acides gras saturés ni de mauvais cholestérol.

L'important c'est d'essayer

Cette étape de trouver de nouvelles sources de protéines m'a prit plusieurs semaines. Je me suis beaucoup écoutée pendant cette période, en ne me forçant à rien. L'important c'est d'essayer, ne serait-ce qu'une fois par semaine, de sortir de sa zone de confort !

Alors, si comme moi vous êtes persuadé de ne pas du tout aimer le tofu, essayer une de mes recettes à base de ce soja ! Laissez-moi vous surprendre et autorisez-moi peut-être même à vous faire changer d'avis !

Mademoiselle O